Le Don céleste

Nous sommes le résultat de nous-mêmes, la somme de ce qui nous précède individuellement, seul et seulement seul, nous sommes ce que ce que nous sommes et nous  ne le devons à nul autre que nous-mêmes.

Qu’est-ce qui a été placé en nous dès nos origines, avant même notre naissance ici sur la terre et qui est conforme à la vie de tous les jours? Qu’est ce qui a fait de moi ce que je suis? C’est la Foi. La Foi est un Don et le don est le salaire de ce que l’on mérite. Qu’est-ce qui a été semé en nous dès la première transgression? C’est le doute.

La proportion de la Foi versus le doute a commencé à positionner en nous-mêmes dès le premier souffle à notre la naissance, est que tout, en ce qui concerne la Foi, semble faux pour le transgresseur. Impossible à croire ce qui semble invisible parce que même ce qui est visible nous reste perplexe. Pouvons-nous simplement agir sans transgresser la moindre petite loi. Non, nous sommes voués à la transgression, car notre nature cherche naturellement l’autodestruction, parce qu’il y a en nous le réflexe de notre perte dans notre sang et dans le propre de la mortalité.

Qu’est-ce qui a été semé en nous dès la première transgression? C’est le doute. Le doute est l’antithèse de la Foi. Le doute comme un point d’imperfection infra-veiné en nous qui contamine tout. Le doute est en nous un mécanisme structurel destructeur tout comme la Foi est aussi un mécanisme organisé constructeur de la Vie et de l’Immortalité. Le doute ultime est l’athéisme.

Le doute est en nous comme une conséquence d’une Loi brisée et cela, à répétition. Le doute remet tout en question le bien-fondé même de la vie, de la mort et de la vie après la mort. Lorsque quelqu’un dit: “je ne sais pas”, cela devient l’équivalent de “ça n’existe pas” tout comme savoir n’est pas toujours le fruit de la connaissance, mais aussi le fruit de l’intuition juste et vrai. Le doute est le don de la mort, tout comme la Foi est le Don de la Vie. Croire est souvent plus difficile que vivre, mais douter c’est être suicidaire pour notre cause destructrice. Le doute tue l’action, car le doute est contraire à la Foi et que la Foi est la cause motrice de toute action vitale. Le doute est de ne pas croire et la Foi est de croire parce que l’on sait intérieurement, intuitivement. Mais il peut y avoir la superstition qui est une fausse croyance, tout comme les phonèmes ou le phosphore peuvent laisser croire à une lumière.

La Foi, ce n’est pas croire en ce qui est invisible, la Foi c’est de voir des choses invisibles avec les yeux de la Foi. Lorsque le coeur est pur, tout comme la vie de quelqu’un, alors il ou elle voit juste. La Foi n’est pas de croire en des choses qui sont vraies et que l’on ne voit pas, la Foi c’est savoir et comprendre des choses que l’on ne voit pas et qui sont vraies.

Tout comme celui qui a découvert la structure de la molécule sans jamais l’avoir vu d’une manière tangible et tentant de l’expliquer à ses collèges physiciens, a fait rire de lui jusqu’au mépris. Après avoir examiné une molécule cent mille fois plus grosse, ils ont constaté que sa structure était conforme à la description de ce savant. Comment a-t-il pu découvrir la structure moléculaire avec une très grande précision, sans jamais l’avoir vu de ses yeux? Pourtant, il l’a dessinée avec exactitude et comprise dans son fonctionnement sans jamais l’avoir vu. Il en est de même partout avec ce qui est invisible, c’est vrai pour certains qui voient et faux pour d’autres parce qu’ils sont aveugles.

Le doute est une mauvaise graine semée dans le coeur de l’humanité, pour ceux et celles qui transgressent la Vérité et les Lois Célestes. Ceux et celles qui doutent sont destructeurs de la Vie et propagateurs de la mort. Pour eux, vaut mieux rester et se vautrer dans sa fange que de faire l’effort d’en sortir. Cela se constate chaque jour autour de nous (et même en nous), dans notre société malade de cette graine venimeuse. Ceci dit, il ne faut pas confondre croyance et intégrisme, l’intégrisme c’est une pensée empoisonnée qui contamine le cerveau et qui conduit à la folie meurtrière.

Le doute est la conséquence de nos actions comme la maladie qui nous gangrène et la santé qui nous anime d’une force vitale, le bonheur qui nous fait resplendir et le malheur qui nous déprime, la joie que l’on rayonne et la tristesse qui nous ralentie, le bien qui nous rend dynamique et le mal qui nous phagocyte. Tout est relié. Il ne suffit pas d’étudier le sujet de nos doutes, mais aussi s’engager dans la Voie de la Vérité de la Vie. Le Sauveur a dit: Je suis le chemin, la Vérité et la Vie.

Le chemin se découvre dans les Écritures sacrées, la Vérité s’y révèle et petit à petit nous commençons à découvrir la Vie, la Vie heureuse d’une joie qui ne lasse jamais.

Recette de la Vie:

D’abord, faire le Bien quotidiennement, le Bien nous transforme et nous amène à devenir Bon, le Bon initie et éclaire notre intelligence à ce qui est Vrai, et le Vrai ouvre nos yeux à ce qui est évidemment Beau et magnifique, et le Beau nous dirige vers ce qui est Juste et le Juste nous conduit dans les Sanctuaires Célestes. Voila la Voie, ou le chemin que le Sauveur nous invite à suivre pour être Bienheureux et Bienheureuse.

Demandez le livre : Parole de Yéshoua Bèn Élohim, qui ouvre la Voie de la Vérité pour le bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *